Archives de
Mois : décembre 2016

Bilqiss

Bilqiss

A une semaine de la fin d’année, je voulais un livre court et léger, alors je suis allée chercher un à peu près 200 pages, « juste comme ça » pour jouer le jeu. Et fut Bilqiss ! Une lecture que j’ai rattrapée de justesse avant les douze coups de minuit du 31 décembre, alors qu’il est écrit d’une finesse et subtilité suffisantes pour être dévoré d’une traite. Saphia Azzeddine est digne du double mérite de 1) me réconcilier avec une plume féminine…

Lire la suite Lire la suite

عابر سرير

عابر سرير

في يوم قررت فيه الأمم المتحدة تكريم اللغة العربية و جعل العالم يحتفي بها كل 18 دجنبر ، و هي التي أقبل الشرق و الغرب عليها بلهفة في حين تنكر لها الوطن الناطق بها رسميا، قمت بمقايضة واحد من ثلاثة لياسمينة خضرة كنت قد باشرت بمطالعته بآخر أجزاء ثلاثية « ذاكرة الجسد  » كأبسط عمل لدرأ الشبهة أو تكفيرا عن اثم بالوراثة. فكانت « عابر سرير » تأكيدا على أن لغة القرآن و المعلقات رغم جماليتها تبقى عصية على الهواة. فمطالعة أي رواية…

Lire la suite Lire la suite

L’amour élastique

L’amour élastique

Dans un couple, l’amour seul ne le justifie pas toujours comme on ne peut s’y aimer tout le temps. Au grand dam des romantiques, un mariage heureux s’inscrit d’une façon réaliste dans la durée et la mélodie du bonheur des contes de fées est vite oubliée ! Le secret des foyers heureux résiderait dans le respect de l’autre et la clarté d’intentions. Conséquence ou départ, on ne peut vivre éternellement des poèmes d’amour quand la vie n’apporte pas toujours des cadeaux…

Lire la suite Lire la suite

La maison où je suis mort autrefois

La maison où je suis mort autrefois

C’est le dernier livre d’un seul colis Livremoi.ma (contenant Les filles du Tsar et Cristallisation Secrète) que je tenais fermement à lire avant la fin de l’année 2016, juste pour ma satisfaction personnelle d’avoir accompli quelque chose jusqu’au bout. Mais, je n’imaginais pas, en dépit de la sinistre couverture, que l’aventure serait tout sauf amusante. C’est également le deuxième roman japonais que je lis après celui de Yoko Ogawa où il est question de mémoire. Insolite coïncidence ? Même n’ayant pas…

Lire la suite Lire la suite

Confessions d’une (mal)heureuse {2}

Confessions d’une (mal)heureuse {2}

Après mon passage à confesse sur la chance et ses détours, il est temps comme convenu de dire ce que je pense sur le bonheur, que j’avais cru en avoir résolu la question en me persuadant, après de longues méditations, qu’il n’était ni matériel ni conditionnel, toujours instantané, jamais grandiose, composé en revanche de petits plaisirs relatifs l’un de l’autre. Jusqu’à ce que je tombe sans indication de source sur ce qu’on pourrait appeler des règles arrêtées sur le thème. Ce…

Lire la suite Lire la suite

L’amour aux temps du choléra

L’amour aux temps du choléra

Il y a des semaines ma bibliothèque s’est écroulée et dans la pile de livres par terre, j’ai déniché ce chef d’oeuvre, que j’ai toujours repoussé pour plus tard, tellement je redoutais la plume énigmatique et inaccessible de Gabriel García Márquez. En effet, les pages qui s’ouvraient sur un suicide m’étaient des plus dures à lire, non pour la brutalité de la mort, mais parce que je n’arrivais pas à m’imprégner de l’ambiance et c’est difficilement que j’accrochais vers la…

Lire la suite Lire la suite

Confessions d’une (mal)chanceuse {1}

Confessions d’une (mal)chanceuse {1}

J’ai toujours voulu parler de la chance, disserter sur l’amour, ou rediscuter encore une fois le bonheur, bref, toutes ces choses qui ne se discutent pas, que nous n’avons pas le droit de théoriser, qui dans l’incapacité d’expliquer leurs ingrédients inexplicables, nous nous satisfaisons de les vivre, chacun à sa façon, pour ne pas rompre l’invisible magie s’opérant au fond de nos âmes, tournoyant chez nous tous les papillons de l’univers, paralysant le rationnel et débridant sans limites l’émotionnel. Ce…

Lire la suite Lire la suite