Archives de
Mois : mars 2018

Au coeur des émotions de l’enfant

Au coeur des émotions de l’enfant

Si, parents, vous êtes adeptes de la parentalité positive pour davantage d’harmonie familiale, vous devez certainement connaître Isabelle Filliozat, avoir visionné l’une de ses conférences ou lu l’un de ses livres sinon la totalité de son œuvre. Parce que la parentalité ne se limite pas seulement au rôle d’enfanter, parce que la société d’aujourd’hui n’est pas celle d’hier et parce que l’on vit dans l’ère de l’intelligence émotionnelle, des fois les bonnes intentions des mères et des pères ne suffisent pas pour comprendre son…

Lire la suite Lire la suite

Par instinct

Par instinct

En matière de films, j’ai toujours préféré le drame des américains et l’humour des français, notamment si pour ces derniers, c’est Dany Boon ou Kad Merad qui sont à l’affiche. Or, les raisons pour lesquelles il est une autre figure du cinéma français qui justifie mes choix, sont de natures différentes. Alexandra Lamy, je l’ai découverte dans « un gars, une fille » aux côtés de Jean Dujardin. Rapidement après, ses actualités commencèrent à m’intéresser que j’appris d’un seul coup, qu’ils étaient réellement mariés,…

Lire la suite Lire la suite

Kamouraska

Kamouraska

Ce roman a été pour plusieurs semaines une véritable épreuve, de concentration, de digestion et de suspense conjugué à l’ennui, et si je l’ai fini c’est uniquement par respect à la personne qui me l’a donné, persuadée que découvrir la plume si talentueuse d’Anne Hébert me sera utile. En effet, l’auteur a fait de nombreuses pièces d’un « miroir brisé » une excellente toile de fond, pour reproduire narrativement des faits historiques réellement passés, avec une maîtrise linguistique sans pareil et un génie descriptif inégal qui faisait de son…

Lire la suite Lire la suite

En suspens…

En suspens…

Il a fallu d’une seule chronique reportée pour que tout suive, dans le processus du pas aujourd’hui, demain peut-être.  Et j’ai déjà une accusée! La procrastination, tous les écrivains s’y nourrissent..dit Antonio Banderas dans Black Butterfly, où il joue lui-même un auteur en panne. Mon penchant pour les films d’écrivains n’est plus un secret, du moins pour les personnes qui me suivent par ici, et celui-là, avec un goût meurtrier, me tenait pas moins en haleine. Mais là n’est pas le sujet. Viendra probablement l’occasion pour…

Lire la suite Lire la suite