Archives de
Mois : avril 2018

La nuit sacrée

La nuit sacrée

Généralement, en lecture, je me révolte quand il s’agit de messages erronés sur la religion ou la nation. Ici, il était plutôt questions des deux : l’auteur s’arme d’une plume indignée, subtile et poétique pour stigmatiser des pratiques sociales largement répandues ; critiquer et dénigrer les dérives contre-nature et contre l’islam, au sein d’une société marocaine baignée dans ses tabous, son ignorance, sa dualité de discours et notamment ses frustrations sexuelles… parce qu’ici tout est question de sexe. Depuis la narratrice, née fille (8ème enfant d’une fratrie/fatalité féminine) et présenté au monde dans…

Lire la suite Lire la suite

The Happy End

The Happy End

Il n’avait pas tort celui qui a dit : la mort nous sourit tous, il faut savoir sourire à sa mort. La mort était particulièrement présente autour de moi ces derniers temps. La disparition de toutes ces personnes, parmi elles ne faisant pas nécessairement partie de mon entourage, m’a bouleversée, dans le sens d’imposer longtemps le sujet au cœur de mon quotidien. Un sujet, philosophique, que j’avais toujours évoqué, ici, moins philosophiquement. Des fois de passage, d’autres plus longuement, je me posais…

Lire la suite Lire la suite

L’invitation du printemps

L’invitation du printemps

C’est le retour des beaux jours, du soleil et de la bonne humeur. Et autant que durera l’épanouissement de la terre, le réveil de la nature, je serai reconnaissante de la chance de voir par monts et par vaux toutes ces fleurs au milieu des champs de blé ou inversement les épis verts parsemant les vastes tapis colorés. La terre magnanime et généreuse nous accueille dans ses bras, comme une mère indulgente, câline tout le temps ses petits. Comment ne…

Lire la suite Lire la suite

La Venus d’Ille (et autres nouvelles)

La Venus d’Ille (et autres nouvelles)

Prosper Mérimée, je n’en avais jamais entendu parlé pour découvrir plus tard que la célèbre opéra-comique de Carmen est tirée à l’origine de sa nouvelle homonyme. Comme je n’ai pas d’auteur préféré, cette nouveauté n’a pas dissuadé ma curiosité d’autant plus que le volume de la sélection était des plus encourageants : 88 pages au total pour trois nouvelles aux univers tout à fait différents, où j’ai découvert un style concis et naturel, des récits apportant dans la plupart une touche de suspense et de…

Lire la suite Lire la suite

Long ou court

Long ou court

Après des années de blogging m’est venu le moment de me poser LA question qu’ont dû se poser tous les bloggueurs un jour. Devrais-je faire un article court ou long ? Pour un blog qui se veut varié, la volumétrie varie selon les thèmes abordés. Je ne nie pas que personnellement je suis encline à écrire de longs articles, où souvent plus d’une opinion, d’un sentiment, d’une information se combinent ensemble dans une seule et unique phrase. Cependant, je ne dis pas…

Lire la suite Lire la suite

J’ai tout essayé

J’ai tout essayé

Dès le 1er chapitre l’humour du dessin m’a accroché, quand celui de la fin, sensationnel, m’a fait pleurer. Beaucoup plus facile à lire qu’au cœur des émotions de l’enfant, certainement grâce aux illustrations à la fois drôles et véridiques des situations quotidiennes marquées par des schémas de cris et d’opposition. En effet, ce travail est le fruit d’une collaboration « heureuse » entre Anouk Dubois, psychomotricienne et formatrice entre autres, et Isabelle Filliozat, auteure et didacticienne en psychothérapie. Toutes les deux animées par la passion commune…

Lire la suite Lire la suite

Les Frères Karamazov

Les Frères Karamazov

Ça y est ! Maintenant, je fais partie des personnes ayant lu cette œuvre majeure de la littérature universelle et je dois m’en féliciter. Récit des plus imposants, en matière de volumes et de rebondissements, le génie* des frères Karamazov (1880) fait autour de 12 livres en 2 tomes (respectivement de 540 et 674 pages) ne me ménageait pas et je devais à chaque fois reprendre mon souffle littéraire de lecteur alors que l’écrivain semblait en aucun moment en manquer. C’est vrai qu’en terme…

Lire la suite Lire la suite