5 bonnes raisons d’aller à Tanger {2}

5 bonnes raisons d’aller à Tanger {2}

Porte du Maroc, porte de deux mondes

Grottes d'Hercule, by Safaa

Selon la légende, lors de son onzième travail, Heraclès (pour les grecs) tua le dragon à cent têtes protégeant les Jardins des Hespérides, et s’empara des pommes d’or garantissant l’immortalité. Fatigué, il se serait reposé dans des cavernes situées au nord du Maroc.

Les grottes qui portent actuellement le nom de ce demi-dieu, se sont formées par les vagues de l’océan Atlantique et ont servi aux habitants de la région pour tailler des meules. A 14 Km de la route de l’ouest de Tanger, classées monument historique depuis 1950, elles ne sont pas la seule attraction touristique du lieu. Cap Spartel, est un point qui ne manque pas de charme : nulle part ailleurs on ne trouve endroit où se croisent une Mer (La Méditerranée) et un Océan (L’Atlantique).

Ce point unique au monde par sa position, est tout aussi mythique. Marquant l’entrée sud du détroit de Gibraltar (séparant le Maroc et l’Espagne par un coup de sabre d’Hercule comme le voudrait toujours la légende), ce promontoire de la côte s’appelait Ampelusium, ou cap des Vignes. Au large, se trouve le banc Spartel, une ancienne ile immergée sur la côte marocaine, dont certains ont voulu faire l’île légendaire de l’Atlantide.Cap Spartel, by Safaa

De la falaise avoisinant ce pittoresque point de la méditerranée, il était autrefois possible d’apercevoir presque sur la plage un quadrillage de pierres.

Il s’agit de Cotta, l’ensemble architectural antique le plus important de la région. Les fouilles effectuées, permettent d’affirmer que le site a été occupé dès les III-IIème siècle av. J.-C.

Cotta antique

Ces vestiges romains sont en effet la première usine du Nord du Maroc, spécialisée dans la salaison de poissons, la fabrication de garum et de sauce de poissons, et le lieu stratégique pour une navigation de cabotage. Cette industrie (dont l’histoire semble tomber dans l’oubli sans chercher à percer son mystère) était l’un des piliers du « circuit du détroit » regroupant plusieurs usines du sud de l’Espagne et du Nord d’Afrique.

Tingis (de son nom romain), qui fut vers la fin du IIIe siècle av. JC élevée au rang de capitale de la Mauritanie, était  le carrefour des routes maritimes vers le nord et l’est. Sous Septime Sévère (193 à 211), furent tracées deux grandes voies plus ou moins perpendiculaire de pénétration intérieure vers le territoire romain : une route littorale reliant Tingis-Sala (Chella) et une autre allant dans les terres Tingis-Volubilis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *