My World To You

Verba volant…Scriba manent… Faire parler son stylo ou son clavier, c’est s’extérioriser…

5 bonnes raisons d’aller à Fès {1}

Al KaraouyineLa spiritualité et la culture de la ville n’a jamais fait de doute. Après être pour des siècles la capitale politique du Royaume, Fès est fière de son statut intellectuel et spirituel, qu’elle est devenue un lieu de rencontre pour lequel pèlerine les amoureux du soufisme et les chercheurs de l’authenticité.

Ville d’Idriss Ier, descendant de la lignée chérifienne du prophète Mohamed (SAWS), Fès était plus un sanctuaire (Zaouia) dont l’accès se faisait par une grande porte. Les chroniqueurs ont rapporté avec soin les paroles du saint fondateur, lors de la pierre inaugurale : « Ô Dieu, Tu sais que je n’ai pas construit cette ville par vanité, par désir de renommée ou par orgueil. Mais je voudrais que tu y sois adoré, que Ton Livre y soit Lu et Ta Loi appliquée tant que durera le monde. Ô Dieu, guide vers le bien ceux qui y habitent et aide les à l’accomplir, voile à leurs yeux l’épée de l’anarchie et de la dissidence… ». Son université Al-Quaraouiyine, datant du 9ème siècle est la plus ancienne au monde, avec ses fontaines, ses salles d’ablutions, ses Madarisse…

Le-festival-des-musiques-sacreesLes rencontres au sein de la ville impériale, se font autour de son moral et culturel et sa musique sacrée arabo-andalouse. Parmi les événements récurrents que compte la ville de Fès, l’on trouve le Festival des Musiques Sacrées. Organisée par la Fondation Esprit de Fès, il est l’un des principaux rendez vous s’inscrivant dans la vocation de mettre les arts et les spiritualités au service du rapprochement entre les peuples et les cultures.

L’édition 2013, la 19ème, se tiendra du 7 au 15 juin prochain, sous le thème « Fès l’Andalouse ».

Mais avant cette date, Fès sera animée par les rythmes d’un autre festival placé pour la 10ème édition sous le signe « Nostalgie à l’âge d’or ». Festival de l’art du Malhoun, qui se déroulera du 26 au 28 avril avec la participation de célèbres orchestres, connus comme les dépositaires de cet art authentique : des chioukhs, musiciens et mounchidine qui interprèteront des Qçayed associant la beauté de la poésie à la diversité des thèmes traitant du social et du religieux, mais aussi de l’amour de la patrie.

Safaa White

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page