5 bonnes raisons d’aller à Khouribga {1}

5 bonnes raisons d’aller à Khouribga {1}

Le nom de Khouribga fut une reprise de l’appellation que les nomades lui donnaient, dont la racine était : KH, R, B : autrement « être percé ». En effet, la surface étant crevée par des trous naturels dus au mode d’érosion particulier des couches calcaires.

Khouribga, Capitale des Phosphates au Royaume

La création de l’Office Chérifien des Phosphates a eu lieu en 1920 (20 aout 1920) et quelques mois (mars 1921) après a démarré l’exploitation des phosphates à Khouribga. Mais la découverte du minerai remonte déjà en 1912 par MM. Combelas et Lamolinerai dans la région d’El Brouj.

Il a fallu attendre 3 ans, avant que les services administratifs ne s’y installent en 1924 après l’abandon de Boujniba (1er Centre).

Les honneurs de la région comme étant la capitale des Phosphates ne sont pas seulement d’ordre chronologique. Mais c’est qu’elle détient à elle seule des parts considérables de ressources de ce minerai, soit une trentaine de milliards de m3, ce qui représente plus des 2/5 des richesses nationales et plus des 3/4 des réserves mondiales.

Des quarte gisements marocains, le bassin des Oulad Abdoun (du nom des habitants qui se partageaient avec d’autres tribus le cercle de la ville), est considéré le plus important, aussi bien pour son extension que pour la qualité et la quantité du minerai qu’il renferme (une superficie de plus de 4000 Km).

 

Pour ceux qui ne le savent pas, le phosphate est recherché pour l’élément phosphore qu’il contient, constituant un élément essentiel des cellules vivantes chez l’homme. Chez les animaux, il apparait dans les os et les dents. Chez les végétaux, il véhicule l’énergie produite par photosynthèse.

Les bureaux en 1930

Extraction au fond

Machine à reprendre en stock et recharger

Les trémies

Chargement de trémie

Laveries-de-lOCP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *