5 bonnes raisons d’aller à Tanger {1}

5 bonnes raisons d’aller à Tanger {1}

Déjà, c’est la ville où je me suis dirigée directement après le BAC, où j’ai résidé pendant quatre ans et l’évoquer me chatouille gentiment le cœur en beaux souvenirs d’étudiante.

Certes, la visiter actuellement ne garde pas les mêmes repères, je la trouve changée, mais ça fait justement d’elle, ce qu’elle a été depuis toujours. Une ville au charme empreint par le  temps… et l’histoire !

Légende internationale

nécropoles phéniciennes à MarshanA Tanger, -non pas la chanson de Malek !- domine une ambiance cosmopolite, héritage historique de pratiquement toutes les puissances politiques qui se la sont farouchement disputée. Conquise, reprise, libérée, elle a su mélanger les différentes influences pour accroître son potentiel culturel.

Domaine des fameux jardins des Hespérides, où le légendaire Hercule se rendit pour cueillir ses pommes d’or, la ville mythique a été également citée dans l’Odyssée, comme l’un des sites d’exploits d’Ulysse.

Vieille de plus de 2500 ans, la ville a été et depuis sa fondation convoitée pour son port, étant le point africain le plus proche de l’Europe, ce qui l’a destinée à une histoire hors du commun. Depuis les phéniciens (1er siècle av.JC) – dont les nécropoles creusées à même la roche du plateau Marshan demeurent les plus importants vestiges de leur passage ; les Carthaginois, qui donnèrent au comptoir le nom de Tingis ; jusqu’aux Romains qui la relevèrent au rang de capitale de la Mauritanie Tingitaine, la province africaine occidentale de l’Empire romain, et ce vers 80 avant J.-C.

Le musée de Tétouan abrite actuellement les objets découverts lors des fouilles archéologiques des ruines non seulement de Tanger, mais également d’autres cités (Tamuda, Ksar Sghir, M’zoura, etc.) où l’on reconnait des empruntes des civilisations romaine, phénicienne et portugaise (Stèles juives, musulmane, chrétienne ; mosaïque géante de Lixus, crâne authentique percé d’une flèche en bronze, etc.)

Au VIème siècle, quand les Byzantins occupèrent Ceuta, ils étendirent leur domination à Tanger qui fut intégrée formellement au monde chrétien.

La présence Arabe (formelle) remonte en 705, quand Moussa Ibn Nouçair s’en empare définitivement. Les habitants de la région étaient alors les Ghomara, des tribus du puissant groupe berbère Maçmouda. Quoiqu’elle embarque depuis Ceuta vers l’Espagne, c’est ici que se concentra l’armée de Tarik Ibn Zyad en 711, préparant sa conquête de l’Andalousie.

Tiraillée entre la dynastie omeyyades de Cordoue, et Idrisside du Maghreb, la ville est devenue une pomme de discorde entre les deux ambitions, avant de tomber sous la coupe de toutes les forces du nord d’afrique, depuis les Fatimides, jusqu’aux Mérinides en 1274, en passant par les Almoravides, Almohades et Hafsides.

Au XIVe siècle, elle a fait l’objet de négociations entre la France, l’Espagne et l’Angleterre, et commerçait avec Marseille, Gênes, Venise et Barcelone, en important : draps, épices, métaux, oiseaux de chasse ; et exportant : cuir, peaux, laine, céréales et sucre).

Tanger. Cité portugaise

Une série d’occupations étrangères va s’ensuivre à partir de 1471, période où les Portugais y débarquent et mettent en place une enceinte renforcée de tours semi circulaires et de bastions. Après une période d’occupation espagnole, la ville fut reprise de nouveau par les portugais avant d’être offerte en dote par l’Infante Katerine de Bagance au roi Charles II d’Angleterre en 1661.

Suite aux sièges répétés de l’armée du Sultan Moulay Ismail, la ville du détroit fut reprise aux anglais en 1684.

A peine tombée comme un fruit mûr dans l’empire chérifien, elle subira les conséquences des puissances politiques : déclarée zone internationale, elle avait ainsi sa propre administration et ses propres lois. Quelques mois après l’indépendance du Maroc, elle fut réunifiée au reste du pays, et même si les avantages (fiscaux et banquiers) qui lui étaient attribués prirent fin en 1956, la légende tangerine perdure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *