5 bonnes raisons d’aller à Marrakech {2}

5 bonnes raisons d’aller à Marrakech {2}

A travers des siècles, la Perle du Sud s’est constituée une palette de sites qui sachent toujours accueillir à bras ouverts ses invités. Le style de l’architecture, le goût de la vie et la couleur ocre de ses bâtiments sont une marque déposée de la ville.

Sous l’impulsion des Almoravides, de nombreuses mosquées et médersas furent construites. Des palais furent édifiés également et ornés avec le concours des artisans venus de Cordoue et de Séville, qui apportèrent le style omeyyade caractérisé par des coupoles ciselées et des arcs polylobés. La civilisation andalouse était aux portes de Marrakech.

La Koutoubia, by Safaa. 2010Parmi les monuments historiques qui embellissent Marrakech, nous admirons ses remparts incontournables encore visibles. Edifiés vers 1122-1123, par Ali Ben Youssef, dont le but de fortifier la cité et se protéger des attaques des tribus du Haut Atlas. Constitués de pierre, de chaux et de terre, ils entourent sur 19 Km la Médina, pour une hauteur maximale de 8m, ponctués de tours tous les 35m et percés de 22 portes, dont les plus anciennes et les mieux décorées sont Bab arrobb et Bab Agnaou.

La célèbre mosquée Koutoubia, représente l’art almohade. Bâtie sur les ruines d’un palais almoravide, elle est sœur jumelle de la Giralda de Séville et de la tour Hassan de Rabat. Son minaret est le plus haut de la ville avec 69m et chacune de ses faces est différente des autres ! Au sommet, on peut admirer les trois boules superposées de la Tour, dont le diamètre décroissant symbolise la Terre, l’Eau et le Feu.

Vestiges Palais El Badi, La Cour, by Safaa 2009

L’ancien Minbar de la mosquée, est une pièce d’art finement ornée de sculptures et de marqueteries délicates : il témoigne de la délicatesse de l’art hispano-mauresque du XIIe siècle. Il a été commencé à Cordoue en 1137 et fut terminé huit ans plus tard. Il est actuellement exposé au palais El Badi.

Le palais El Badi se trouve dans l’actuel quartier des palais où se sont succédés les différents souverains de la ville et du royaume, au sud de la ville. Une réplique de l’Alhambra, élevé par Ahmed al-Mansur dit Addahbi, réalisée avec les matériaux les plus précieux provenant d’Italie (marbre), du Soudan (poudre d’or), des Indes (porphyre) et même de Chine (jade). Son édification se déroula de 1578 à 1594. Le Badi[1] frappa également les contemporains par sa Kubbat al Jujjaj (coupole de verre) réalisée en cristal translucide. Symbole de puissance, l’ensemble palatial exprimait le faste du souverain tant auprès de ses sujets que des ambassades étrangères : ce palais était un cadre d’audiences solennelles et de fêtes offertes aux ambassadeurs venus d’Espagne, d’Angleterre et de l’Empire ottoman, reconnaissant le Maroc saadien comme une puissance incontournable.

Vestiges Héliotrope ou Al Khayzuran, by Safaa. 2009Malheureusement, il ne reste aujourd’hui que peu de traces de ce joyau de l’art islamique : Vers 1696 le sultan alaouite Moulay Ismaïl ordonna sa démolition qui dura une dizaine d’années. Une grande partie des matériaux auraient été réemployés à Meknès, ville que le souverain désigna comme capitale de son empire en 1672.

Appartements Palais Al Bahia, by Safaa 2009Il existe à Marrakech un autre palais, dont on peut admirer encore la beauté de l’intérieur et la fraicheur des jardins andalous. Palais Al Bahia, ou littéralement Palais de la Belle. Edifié au XIXe siècle, par le grand vizir des sultans Moulay el Hassan 1er et Moulay Abd el Aziz, Si Ahmed Ben Moussa, et dont il fait cadeau à sa favorite. Les différentes parties du palais, comprenant petits jardins intérieurs et fontaines, s’étalent sur près de 10 hectares. L’édifice compte plus de 150 pièces, mais uniquement une seule petite partie est ouverte au public (l’appartement de la favorite, la salle du conseil et le jardin), la famille royale y effectuant toujours des séjours.



[1] Ce palais à lui seul, et comme son nom en témoigne (Le Somptueux) mérite d’avoir ses 5 bonnes raisons d’y aller, avec sa porte de « Bab Al-Rokham », ses « pavillon de cristal », « pavillon des audiences », « pavillon vert » et l’héliotrope, ainsi que sa vaste cour rectangulaire, son bassin, sa fontaine monumentale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *