Dentition

Dentition

Eating pepper

Je ne suis pas belle. Je ne me voyais pas belle. Le charme de mes yeux, je l’apprenais des compliments de mon entourage. Des fois je les vois une vérité, mais d’autres je perds cette notion de charme pour dire qu’ils exagèrent un peu de voir en ces deux prunelles une beauté !

Mes cheveux frisés naturels je ne les aimais pas. Maman refusait toujours dans mon enfance de me les faire couper ou défriser. Déjà, je ne connaissais pas ce lexique de coiffure et ce n’était qu’en faisant mes études supérieures que je faisais mon premier brushing et j’en fus satisfaite, mais une fois humidifiées mes mèches retrouvaient leurs anciennes allures et je recommençais à les tenir en chignon au dessus de ma nuque. Ce n’est que récemment que j’apprends qu’ils sont beaux et qu’ils peuvent l’être non seulement en étant lisses.

Le sourire, oui. Ça je le trouvais charmant même avec les défauts qui le déformaient et maintenant que j’y vais chaque jour chez le dentiste me faire creuser les molaires, et m’extraire d’autres, j’aimerais que cela finisse déjà et que je n’aie pas à me torturer ainsi. Il y a des douleurs plus supportables que d’autres, mais celles-ci sont plutôt morales. Je regrette ces extractions et j’avais hésité à porter ces bagues jusqu’au dernier moment. Maintenant moi aussi j’aurais un sourire « métallique » et je ne sais pas ce que serait le résultat d’ici deux ou trois ans.

Je déteste déjà mon dentiste pour ce siège qui pour de vrai flottait dans l’espace blanchi de cette pièce, ses aiguilles qui vibrent en démolissant mes dents et ma mâchoire, qui font bourdonner mes oreilles, et pour cette salive que je ne pouvais pas laisser prendre son cours habituel au fond de ma gorge et qui m’étouffait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *