Le Journal d’Anne Frank

Le Journal d’Anne Frank

J’avais longtemps entendu parler du Journal d’Anne, ce livre écrit par une jeune fille juive durant la seconde guerre mondiale et je savais de quoi il s’agissait (enfin je croyais le savoir !) mais je n’ai jamais voulu le posséder ou ai envie de le lire. Moi qui suis plutôt allergique à la déformation de l’information et encline à nier la face, pas tragique mais grossièrement exagérée du génocide des juifs sous le IIIe Reich, je ne voyais pas qu’est ce qu’une pareille lecture m’apporterait.

Mon blocage psychologique dépassé, j’ai cédé au visage de cette enfant sur la couverture qui ne cessait de me sourire parmi tant d’autres livres sur les étagères des librairies et une fois j’y fais mon entrée, je découvre à quel point l’être humain pourrait se montrer bête en se donnant les prétextes les plus ridicules pour ne pas apprendre, ne pas s’instruire, ne pas élargir ses champs de connaissance, bref ne pas tenter de devenir meilleur, alors qu’elle, cette gamine de 13 ans n’a pas cessé dans la clandestinité, sous la peur et l’angoisse d’être découverts, d’apprendre : langues (entre autres 5 verbes irréguliers français par jour), algèbre, histoire, mythologie, arbres généalogiques des familles royales, sténo, etc. en écrivant de petites histoires, lisant des romans et tenant en même temps son journal (en plusieurs versions quand elle se sent investie dans sa publication).

Alors vous comprendrez facilement que cette lecture n’était pas seulement intéressante, mais une vraie leçon de vie : Anne Frank, répétant que le papier a de la patience, a tenu son journal du 12 juin 1942, avant que la famille Frank ne part se cacher dans l’Annexe du bâtiment qui fut le bureau de son père, aidée à leurs risques et périls par des amis, jusqu’au 1er août 1944, date de leur arrestation avec 4 autres juifs, en y confiant ses déceptions d’adolescence à l’époque où l’enfant attend des choses de ses parents, ses haines (vivre dans une communuaté où règne hypocrisie et non tolérance, et au bout des semaines oublier avec qui ils sont fâchés et avec qui ils sont réconciliés) et ses amours (là, elle me saoulait avec son béguin pour Peter), ses idéaux sur les droit de l’homme et la non-discrimination et bien entendu, circonstances obligent, ses remarques sur la politique.

Journal ou autobiographie, cet écrit accrochant, dans un style des fois humoristique, où beaucoup de choses sont parlantes, m’a secoué et plus d’une fois interpelé jusqu’à arriver à m’étonner de son élocution, des questionnements qu’elle a formulé sur la vie, la nature et l’homme, de sa précoce autonomie et indépendance, sans pour autant contester l’authenticité de ses lettres, comme elles ont fait objet de procès et enquêtes après. Mais plutôt je suis de ceux qui croient intimement qu’à huit clos, Anne, fille a plusieurs talents, a eu la chance de mûrir, et dommage qu’elle ait quitté le monde à très jeune âge sans accomplir les grands projets, les optimistes dessins et les belles ambitions pour son avenir de fille et de femme, entre autre celui le plus cher de devenir journaliste et écrivain célèbre, qu’elle nourrissait malgré la conjoncture, alors que d’autres subissant ou pas l’oppression d’un joug, pourraient pencher naturellement pour la résignation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *