L’Adoratrice

L’Adoratrice

Ecrire

J’ai monté pour la nième fois  « Les chevaux du Diable ». Mais il ne s’agit pas d’une décision que je décris ainsi d’impulsive !

Je comprends seulement que quand je manque de romantisme, je rouvre à nouveau cette œuvre. Et comme je faisais des lectures parallèles, celu là je le laissais au soir. Je m’épargnais les détails de leurs voyages (que je connaissais déjà) et chercher directement des scènes et phrases qui m’émeuvent.

Je me suis dit une fois, en marquant la page que je ferme que cette écrivaine ne serait pas meilleure que moi quand je trouve sincèrement son style accrochant et émouvant dans sa simplicité même (Beauty is in the simple things) Les nouvelles que j’ai écrites sont tout aussi expressives et quand des fois il m’arrive d’en relire les premières lignes je me trouve emportée par les faits et les belles images jusqu’à la fin. Est-ce parce qu’il s’agit d’un écrit qui m’est propre ? Je ne sais pas ! Pourtant je  suis consciente qu’il est grand temps de faire sortir au public la grande œuvre dont je nourris les faits depuis des années et dont les premières pages sont esquissées. Quand je dis public, j’en nomme mon public restreint d’amis qui trouvent toujours du plaisir et m’honorent en me lisant. Devrais-je viser un autre plus large ? Je ne pourrais nier que l’idée me semble très charmante. Ce public qui – me dit-on – aura à découvrir une fine plume qui retrace une facette de moi, la Safaâ Adoratrice de ce pays tricolore et ce club dont les couleurs ne s’épousent pas.

Dernièrement je suis passée modératrice au forum (www.jeveuxsortir.com), et c’est moi qui rédige pour un mois des newsletters hebdos. Ils avaient craint au début un vocabulaire très recherché mais j’estime qu’ils sont plutôt satisfaits, comme je le suis moi-même à voir faire valoir nos activités dans une simplicité et imagerie amusantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *