L’entracte

L’actualité people a pour coup de cœur ces jours la grossesse de Blake Lively et les photos diffusées de sa baby shower. Je ne suis pas de nature à m’intéresser à ces infos, quoique je m’y suis penchée lors d’un travail Web (très) temporaire il y a quelques années. Simplement, la nouvelle m’a poussée un peu à réfléchir. A chaque fois que le sujet fasse surface, je le pensais de différents angles, et je demeurais « non-convaincue » des arguments avancés… Dans ce qui va suivre, je ne ferais porter le chapeau à quiconque, si ce n’est moi en premier.

Depuis sa liaison en 2012, cette actrice de 27 ans met toujours (dans son blog) la famille en avant, et elle déclare à maintes reprises qu’elle a construit sa vie autour, en se retirant de la scène médiatique, n’opérant que dans un cercle proche et amical et tout mener pour faire réussir son mariage. Bref, réussir à être « le ciment des foyers heureux ».

Et lorsqu’il s’agit de prémunir leurs couples, elle n’est pas seule dans la matière. Plusieurs célébrités décident un petit retrait, pour se consacrer sur ce qu’ils ont de plus important. La famille.

Alors, pourquoi –avec la nuance – je digérais mal mon soi disant retrait ? Car, il faut oser dire, que lorsque je n’ai plus écrit sur moi-même, je n’écrivais (presque) plus.

Mais la pure vérité qu’il faut savoir voir, est le fait que nous vivons un vrai dilemme.

N’est-il pas courant de juger une femme de chez nous avec son habit intégral d’être « non émancipée », or, si l’on fait porter à une occidentale une longue jupe et chemise à manches, elle devient faschionista ?

N’appelons pas l’arabe qui garde ses enfants à la maison, de soumise et non ambitieuse, tandis que le même dessin occidental, représenterait celle qui quitte son travail d’exemplaire et mère combative ?…

Alors, faire passer sa famille en premier, attirerait-il en même temps applaudissements chez les uns, et critiques chez les autres ?

Ce sont ces mêmes jugements acquis, assaisonnés avec un peu de nostalgie, qui m’ont martelé l’esprit de réflexions négatives.

Sauf que je suis arrivée au stade, de ne plus chercher à chatouiller mon petit orgueil de plume, en ayant des lecteurs contents, si cela ferait des mécontents chez moi. Si depuis un an, je limitais mes traces virtuelles à de vagues sujets, sans rien laisser deviner de ma vie intime, n’a pas tué jusque-là mon blog, je ne vois pas d’inconvénient de continuer à faire de même, avec le désir (d’abord) et la promesse (ensuite) de blogguer encore plus.

Le soleil se couche chaque jour sans que ça soit l’éclipse totale. Au théâtre, et au milieu de la pièce, le rideau tombe et la musique cesse, mais ce n’est pas encore la fin. C’est l’entracte!

Separator image Publié dans Thinking.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *