My World To You

Verba volant…Scriba manent… Faire parler son stylo ou son clavier, c’est s’extérioriser…

La symbolique des maux ou ce que le « mal-a-dit »

A partir du moment où nous sommes conscients, qu’en plus du corps matériel, nous avons d’autres corps spirituels et énergétiques, nous regardons l’entièreté de l’existence autrement et portons un nouvel œil sur le fonctionnement complexe de l’être humain.

En chacun de nous existe ce qu’on appelle conventionnellement l’instinct ou l’intuition. C’est notre guide intérieur qui parle un langage simple, qu’il faut écouter et comprendre. La petite voix qui nous dit si on est à l’aise ou pas à l’aise, si l’on se sent bien ou pas bien.

Si, nous choisissons de ne pas l’écouter et prenons la direction de la résistance (par conformisme ou par rationalité), cette voix intérieure doit parler plus fort. Le niveau émotionnel est le niveau suivant de communication. Notre intérieur est touché et naissent alors les émotions désagréables, les sentiments de frustration, les contrariétés… bref, le mal-être s’installe.

Si nous continuons de nous entêter, la communication intérieure devient plus forte et c’est le corps physique qui en souffre. Apparaissent dans ce cas les symptômes. Ils servent à nous communiquer quelque chose, un message, sur une tension, un problème (nos craintes, nos résistances, nos refus, …) non-résolu dans notre conscience (intérieur) à un moment donné.

Cette conscience, est énergie, qui contrairement à ce qu’on croit, ne réside pas uniquement dans le cerveau, mais est reliée à toutes les cellules du corps. A travers cette énergie, nous pouvons communiquer (positivement comme négativement) avec chaque organe, chaque tissu, chaque système.

Le symptôme est le mécanisme de communication provenant de la partie profonde de votre être, le vous réel, votre esprit, concernant ce que vous vous êtes fait vous-même, et qui est différent de ce qu’elle veut vraiment1.

L’interrelation entre les niveaux de communication de l’âme, du psychisme et du corps est donc forte et constante : Intuition-Émotion-Corps physique. L’influence du psychisme sur la santé est telle que les déséquilibres des premiers (immatériels) se reflètent dans le dernier (matériel) par des maladies. L’aspect psychique étant antérieur à celui organique.

Les émotions que nous refoulons à l’intérieur de nous-même parce que nous ne pouvons pas ou ne voulons pas les verbaliser, peuvent se matérialiser dans différentes parties du corps ou se manifester à travers tel ou tel problème corporel :

  • La panique peut provoquer des diarrhées.
  • La colère retenue ou la rancune : une crise de foie.
  • La difficulté à trouver ou à prendre sa place peut provoquer des infections urinaires à répétition.
  • Quelque chose qu’on ne veut pas entendre ou quand on ne s’écoute pas : des otites, douleurs d’oreilles.
  • Quelque chose qu’on n’a pas osé dire, qu’on a ravalé : des angines, des maux de gorge.
  • Un refus de céder, de plier, d’obéir ou de se soumettre : des problèmes de genoux.
  • Peur de l’avenir, peur du changement, peur de manquer d’argent : des douleurs lombaires.
  • Intransigeance, rigidité : des douleurs cervicales et nuque raide.
  • Conflit avec l’autorité : des douleurs d’épaules.
  • Quand on prend trop de choses sur soi : également douleurs d’épaules avec une sensation d’un fardeau.
  • Affronter une situation ou une personne sans se permettre de s’exprimer : des douleurs dentaires, aphtes, abcès.
  • L’incapacité d’avancer : des douleurs dans les pieds, les chevilles.
  • La colonne vertébrale est aussi un terrain d’investigation de toutes nos émotions refoulées 2 

Ainsi, nous ne devons plus voir la maladie comme une fatalité, un hasard. Plutôt un message de notre conscience, une nécessité psychique comme toute activité humaine. La guérison passe d’abord par la nécessité de décoder le langage du corps. La mémoire intérieure recèle des maux cachés, des fois enfouis loin dans le passé : Un iceberg dont la partie visible est le symptôme, et celle invisible, est psychique.

Cette conscience est le premier pas d’un processus d’harmonisation entre le corps et l’âme qui ouvre la voie vers l’auto-guérison. Le symptôme n’aura plus lieu d’exister si le patient en comprend le sens caché. Encore faut-il écouter son corps tôt.

En résolvant le conflit source de maladie, on aura plus de chance d’en guérir, mais il serait mieux de le résoudre avant de la déclencher. Si le conflit persiste par manque de solution, on dit que le cerveau « somatise » (d’où les troubles psychosomatiques auxquels on ne détecte pas de causes organiques) : c’est-à-dire il crée une maladie ou un symptôme dans l’organe cible qui correspond à l’espace créé pour le conflit.

Ce qui explique comment la médecine classique est impuissante devant certains maux qu’elle qualifie de chroniques et d’incurables, et ne propose que des solutions de soulagement (Asthme, diabète, cancer hyper/hypothyroïdie…).

Dans les cas cliniques bien documentés, la maladie apparaît comme la compensation symbolique d’une souffrance intime gardée, secrète, inavouée, refoulée. Les symptômes mettent le sujet dans un état qui le protège et l’empêche symboliquement de vivre cette souffrance3.

Il s’agit évidemment d’un champ de recherche nouveau et immense où la médecine conventionnelle doit s’allier à la psychanalyse pour explorer de nouvelles perspectives pour les patients. Le traitement de tels troubles doit être fait au niveau médical et psychologique. Certaines cliniques proposent un suivi psychologique parallèlement au traitement allopathique afin d’accélérer le temps de la guérison.

Si nous nous ouvrons à la pleine conscience, nous comprenons la compensation symbolique, nous saisissons que le corps, osseux, musculaire, glandulaire, nerveux, respiratoire, digestif, circulatoire, génital, cutané, pileux, etc 4. est un magnifique vaisseau qui permet à l’âme d’habiter pendant cette expérience de vie. Le corps physique est l’instrument de développement spirituel, le respecter dans son entièreté, intégrer la souffrance première du psychisme et agir de façon proactive, c’est respecter le don de la vie.

Je partage avec vous un site bien documenté que je consulte souvent pour tenter de comprendre les maux dont je suis sujette : https://www.estelledaves.com/

1 https://inexplore.inrees.com/articles/cause-interieure-maladies-chakra-martin-brofman

2 https://sain-et-naturel.ouest-france.fr/maladie-mal-a-dit-emotions-maladies.html/

3 https://www.ipsn.eu/symbolique-des-maladies/

4 https://www.medoucine.com/blog/habiter-son-corps-cest-respecter-sa-vie/

Safaa White

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page