Le cercle brisé


Read / vendredi, décembre 20th, 2019

Initialement édité en 1995 sous le titre Fille de Star, Le cercle brisé s’est avéré un roman saisissant tissé autour d’un groupe de rock’n’roll anglais avec comme pivot central Emma, fille du chanteur principal. Le lecteur suit ses traces depuis sa petite enfance passée avec une mère violente, jusqu’à ces vingt-trois ans, une courte vie dont les étapes sont jalonnées d’épreuves, de souvenirs harcelants, de recherche et d’acceptation de soi.  

Veux-tu que je dise ce que représente le rock’n’roll pour quelqu’un qui ne se produit pas sur scène mais l’observe de près ? c’est un défi, un poing levé à la face du temps qui passe. C’est une voix qui crie souvent des questions parce que les réponses ne cessent de changer. P. 569

Dès les premières pages, le lecteur est emmené en voyage spacio-temporel, entre Los Angelos en 1990 et le Londres des années 70. D’une plume légère et accrochante, l’autrice Nora Roberts, nous immerge dans une atmosphère vibrante d’amour, de succès et de meurtre. Il appréciera l’ingéniosité de l’intrigue et la méticulosité de sa narration, sans gêne, surtout quand l’histoire connaîtra son rebond au moment de l’assassinat du petit frère d’Emma, Darren, une tragédie qui donnera un nouveau goût à ce thriller psychologique.

Drogues, alcool, homosexualité, ambition, et plus tard violences conjugales, sont les détails qui épicent le parcours de chacun des personnages, et montrent au final combien les célébrités, constamment exposés aux yeux des caméras, ne peuvent avoir droit à une vie privée.

Ce soir, des lumières brillaient à travers les fenêtres et elle se demanda qui habitait la maison, à présent. Un enfant dormait-il dans la chambre qu’elle avait occupée, jadis, ou dans celle de Darren ? elle l’espérait sincèrement. Elle voulait croire que la vie était plus forte que la tragédie. Des rires avaient retenti dans cette demeure ; des rires de vrai bonheur. Elle voulait penser qu’ils résonnaient de nouveau entre ces murs.

Elle se rappela les paroles de Johnno, un moment plut tôt, et son angoisse de vieillir. La plupart du temps, elle les voyait encore les quatre musiciens à travers ses yeux d’enfant, et non comme des hommes qui avaient vécu près d’un quart de siècle avec, pour compagnons parfois encombrants et toujours inséparables, la célébrité et l’ambition, le succès et les échecs. P.573

C’est le premier roman que je lis de Nora Roberts et j’étais suffisamment dedans pour apprécier la lecture qu’au bout d’un moment je voulais la finir pour voir si mes principales supputations quant au coupable se seraient révélées vraies.

Connue plutôt pour explorer thrillers et histoires passionnelles, cette écrivaine américaine de 69 ans sort chaque année entre dix à onze nouveaux romans. Elle compte actuellement à son actif plus de 390 livres, régulièrement classés parmi les meilleures ventes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *