My World To You

Verba volant…Scriba manent… Faire parler son stylo ou son clavier, c’est s’extérioriser…

Le Führer

hitler_mufti

Waffens SS

Prière par les SS musulmans

Je ne pouvais croire que le personnage historique qui ne cessait de provoquer chez nous répugnance et symbolisait à la perfection tyrannie et sauvagerie, pouvait être la victime, et depuis des générations, d’une propagande sioniste malsaine, abusant dans leur prestidigitation des faits de mystifier les esprits universels.

Pourtant, c’était « Er war ein einfacher Mann : un simple homme », qui voulait être architecte, qui produisait grande quantité artistique d’aquarelles qui ont été exposées ; il a laissé des plans de ville et de monuments, et de lui nous avons le dessin adopté de la classique Volkswagen : voiture populaire pour le peuple. J’apprends que Volks veut dire peuple !!

Dans on ouvrage « Mon combat » il parlait de ce peuple (juif) comme un parasite dans le corps des autres peuples (op.cit.1930, livre premier, chapitre onzième, p. 334, édition allemande) et aspirant dans ce principe de vie nomade à la domination universelle et l’abaissement moral, matériel et de santé même des autres peuples, comme le clame l’Ancien Testament et le répètent au long des siècles les livres de collection dite du Talmud. Ce dont parle même le poète Tamim Al Barghouti (que je prends grand plaisir ces jours, d’écouter et de lire) en disant يا أمةً من غبار الأمم   .

Dans ces entretiens, il célèbre la lutte future du tiers monde contre l’oligarchie juive mondiale. C’est justement à cause de son sentiment de justice sociale et du droit des nations que Hitler a été l’objet d’une vaste coalition et que les mensonges de la propagande comme celui de l’extermination des Juifs veulent le discréditer.

Dénigrement qui puisait sa haine, même – ou notamment-  de son admiration de l’Islam dont il a fait l’éloge à plusieurs reprises, insistant sur sa supériorité scientifique, artistique et politique en Espagne et son exaltation de l’héroïsme.

« Ce n’est que dans l’empire universel romain que l’on peut dire que la culture a été un facteur. Le gouvernement aussi des Arabes  en Espagne fut quelque chose d’infiniment distingué : les plus grands scientifiques, penseurs, astronomes, mathématiciens, une des époques les plus humaines, en même temps qu’une chevalerie colossale. Lorsque, plus tard, y vint le Christianisme, alors on peut dire : les barbares. La chevalerie qu’ont les Castillans est en réalité un héritage arabe. Si Charles Martel n’avait pas vaincu à Poitiers : puisque  le monde juif s’est déjà emparé de nous – que le Christianisme est bien quelque chose de fade –  nous aurions bien mieux encore reçu le Mahométisme, cette doctrine de la récompense de l’héroïsme – : le combattant seul a le septième ciel ! Les Germains auraient avec cela conquis le monde, ce n’est que par le Christianisme que nous en avons été tenus éloignés. » 187ème propos d’Adolf Hitler tenu au Werwolf, l’après-midi du 27 Août 1942.

Léon Degrelle* rappelait, pour dénoncer cette caricature qu’on offre d’un  mépris des autres races attribué aux Allemands nationaux-socialistes, que les plus fidèles alliés, jusqu’au bout, de l’Allemagne ont été les Japonais, qui n’ont pas visiblement l’apparence de Germains, et qu’à leurs côtés toute l’Asie a forgé les armes de sa future indépendance aux Indes, en Malaisie, en Indochine, aux Philippines, en Indonésie, sans parler de l’enthousiasme d’un bout à l’autre de toute la grande nation arabe et des autres nations musulmanes du Golfe au Maroc, à l’écoute des victoires allemandes et japonaises, et dont le Grand Mufti, son unificateur politique pendant la guerre et défenseur des Palestiniens à la conférence de Londres ouverte le 10 septembre 1946, alors qu’il venait d’être en résidence surveillée à Rambouillet, fut la voix.

Le colonel Nasser, dans un entretien privé à un journal nationaliste allemand de Munich, du 7 avril 1964 a dit à son directeur le Dr. Gerhard Frey, que pendant la seconde guerre mondiale, « nos sympathies allaient à l’Allemagne » et que les simples gens de l’Egypte ne croyaient pas à la propagande juive de l’holocauste « personne ici n’a pris au sérieux ce mensonge au sujet de 6 millions de Juifs assassinés, même le plus simple des hommes. » (Deutsche National Zeitung, 1 Mai 1964)

« C’est ce qui explique l’intérêt tout spécial que Hitler portait aux peuples de l’Islam, livrés trop souvent à la domination et au mépris des négriers étrangers qui avaient imposé à ces pays hautement civilisés leur langue et leurs mœurs. Sans les apports de ces peuples anciens, l’Europe eût sans doute pataugé dans les balbutiements d’un Haut Moyen Age qui ne se souvenait même plus de l’Athènes de Socrate et de la Rome d’Auguste. C’est l’Islam qui nous avait apporté, à Cordoue, Aristote voilà plus de dix siècles. » Citait Léon Degrelle*

Le Grand Mufti de Jérusalem Hadj Amin El Husseini fut reçu avec les officiels civils et militaires dus à un chef d’Etat par Hitler (premier le représentant du Comité Arabe de Palestine, après Mussolini). Il lui déclara le 28 novembre 1941 que la Palestine, depuis toujours, était l’œuvre et le bien propre des Arabes, le fruit de leur travail, et que les Juifs n’y étaient que comme un prétexte pour une domination mondiale.

C’est devant l’Institut islamique à Berlin que le Grand Mufti condamna, avec un télégramme de soutien d’Himmler, la déclaration Balfour qui a reconnu politiquement le Sionisme le 2 novembre 1917.

A chacun des volontaires musulmans de la Waffen – SS ( SS ou Schutz -Staffel « échelons de protection » armés), il fit cadeau d’un Coran miniature autour d’une chaînette.

 

Les propos et photos recueillis et cités, n’est qu’une façon pour rendre à Hitler et à sa mémoire, sujets à nombreuses diffamations sionistes, ce qui leur appartient : le sens de la Justice et le soutien au peuple palestinien et musulman.

*Léon Degrelle, ancien député de Bruxelles, orateur, visionnaire politique, soldat volontaire et poète mystique, aura  eu une carrière politique et militaire fulgurante.

Safaa White

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page