Les journées Love


Think / mardi, février 14th, 2012

Les marocains aiment ils l’amour ?

Nos tablettes et nos interfaces s’embrasent de « Like » et de flammes virtuelles.

Nos arbres, nos tables, nos murs abondent de graffitis célébrant l’amour… Mais cette aisance créative ne vient elle pas que de l’incapacité de l’exprimer sans gêne, sans complexe social ou poids culturel paralysant ?

Je lis que le bonheur est presque un crime et les personnes réellement heureuses se cachent … et elles ont raison de le faire. Chez nous, l’amour l’est presque aussi. On cache l’amour aux étrangers pour ne pas paraitre « manipulé » ; on le cache à l’autre moitié pour ne pas se voir « affaibli » et des fois on s’enorgueillit en refusant de l’avouer à nous-mêmes.

Dans Cake, l’éditorialiste Pippa prêchait : Chers lectrices, chers lecteurs, les oiseaux le font tous les jours, les abeilles aussi, … et quand ça nous arrive on peut dire qu’on est verni. Alors qu’est ce qu’on attend ? Allons-y : tombons amoureux !

Aimer l’Amour pour l’Amour, Cet Amour Emotion ; l’Amour Attente et Palpitation ; le Feu qui anime et la Douleur humaine qui anéantit, lorsque lui, cet être aimé, par intermittence, s’approche ou s’éloigne…

La nuance avec les lascivités courantes et l’idylle que je peins est grande, très grande. Il est vrai que mon tableau est homérique et que sans l’habitude de l’intimité qu’est le mariage il perdrait toute beauté, mais c’est très loin encore d’une luxure qui ne connait de la quête des cœurs que la conquête des corps, de l’appel sentimental que la réponse charnelle, l’enlacement de corps, les ébats de plaisir et les triomphes du désir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *