Lire à 3 ans c’est tout naturel


Read / vendredi, avril 26th, 2019

Voici un must read book que je conseille à tous les parents (et à la nouvelle génération d’enseignants ouverts aux changements) désirant procurer aux enfants et à eux même la joie de la découverte et le bonheur de lire bien avant l’école… et dont je vais pourtant arrêter la lecture.

Pour Françoise Boulanger, pédagogue et experte internationale du processus d’acquisition du langage écrit chez l’enfant, il n’est pas plus difficile pour l’enfant d’apprendre à lire qu’apprendre à parler. Nous pensons tous la même chose parce que nous avons fait l’école classique et qu’on nous a appris que la lecture devrait commencer au CP.

Cependant, sa longue expérience avec ses enfants, ses petits-enfants et avec des milliers de familles et de l’école maternelle, démontre que les petits entre 2 et 6 ans reconnaissent les mots avec une facilité étonnante à condition qu’ils soient chargés émotionnellement. Une fois on arrive à les intéresser, tout en respectant leur envie et leur curiosité, faisant confiance à leur intelligence et créativité naturelle, les enfants s’imprègnent le code de l’écrit (comprendre essentiellement la connaissance des correspondances grapho-phonémiques (signes-sons) et la compréhension de la fusion consonne-voyelle : b+a=ba) dans la joie et la motivation, ce qui engendre de belles réussites.

L’enfant très jeune a d’immenses possibilités de mémorisation par tous ses sens. Maria Montessori l’a très bien illustré dans son œuvre, en comparant le cerveau de l’enfant à une éponge qui absorbe l’eau. Si on lui en donne l’occasion, il assimile aussi facilement par l’œil que par l’oreille et la main. De plus, il construit des hypothèses sur l’écrit qu’on lui propose de la même manière que sur tout ce qui l’entoure. Nous pouvons donc organiser son environnement pour que ces hypothèses se rapprochent de plus en plus de la réalité. P. 29

La méthode… pas de méthode !

Il est essentiel de signaler que l’objectif n’étant aucunement la volonté de « pousser » son enfant ou en faire un « génie » dépassant les autres. Il s’agit plutôt d’une approche d’accompagnement où c’est l’enfant qui guide le parent et non l’inverse, quand il est intéressé et curieux d’apprendre.

Ni globale, ni syllabique, l’approche proposée et enrichie est une démarche originale, fondée sur l’observation et le dialogue, éprouvée depuis plus de 25 ans auprès des parents et des enseignants. Parsemée le long du chemin de jeux pour les grands et les petits : les maisons des sons, le classement des mots, l’association des syllabes, etc.

Lire à 3 ans c’est tout naturel est une vraie mine d’idées et d’informations qu’il me serait difficile d’en parler sans être tentée de vous recopier des passages intégraux. Je me permets juste de reprendre quelques avantages à court terme de la démarche de Françoise :

  • L’enfant qui a commencé à apprendre à lire très jeune a une lecture plus rapide et une meilleure compréhension que celui qui commence à apprendre à lire à l’âge « habituel » ;
  • Le vocabulaire des enfants s’enrichit ainsi que l’orthographe en lisant le même mot dans plusieurs contextes différents au hasard des lectures ;
  • La découverte du langage écrit est pour le petit lecteur une aventure passionnante qui engendre naturellement le plaisir de lire ;
  • La lecture devient alors un outil formidable pour découvrir et étancher la soif de connaître et comprendre le monde qui l’entoure parce que celui-ci est moins mystérieux ;
  • Avoir l’occasion d’apprendre à lire très jeune, comme d’apprendre une langue étrangère, donne des habiletés mentales, facilite les acquisitions ultérieures et favorise indéniablement le développement intellectuel de l’enfant ;
  • Apprendre à lire très jeune aide très efficacement les enfants lents ou ayants des problèmes de langage à effacer leur handicap.

Chez moi…

Arrivant à la moitié de la 2ème partie (Page 109) l’enfant serait en mesure de composer ses premières phrases et faire des jeux adaptés. C’est pour cette raison que je décide de le mettre de côté le temps qu’il faut. Cela va sans dire que je reviendrai y piocher les pistes au fur et à mesure de la progression de l’apprentissage chez nous, un apprentissage sans cesse réinvesti.

Toutefois, je ressens de la frustration à voir qu’avec les premières « étiquettes » que je lui ai proposées (les mots donnés sont écrits sur un papier différent de format différent je l’avoue) ma fille ne semble pas très emballée.

Je me dis que déjà, je n’étais probablement pas suffisamment à l’écoute de ses besoins et son rythme d’avant et que maintenant à 4 ans sa période sensible est passée. Alors que moi-même je m’impatientais pour qu’elle lise et ne cessais de poser des questions. Naturellement, tous les parents répondaient que cela commençait au CP.

C’est pour toutes ces raisons que je recommande vivement ce livre à tous les parents voudront accompagner leurs petits dans ce nouvel horizon qu’est l’écrit et qui lui apporte une grande joie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *