My World To You

Verba volant…Scriba manent… Faire parler son stylo ou son clavier, c’est s’extérioriser…

Ma grippe me fatigue

gros-rhume

Depuis mon retour Dimanche à Khouribga, il fait atrocement froid, que mes engelures se sont réapparues et ma rhino- je ne sais quoi a encore pointé le nez.

De toute façon je suis toujours sous traitement, mais étant allergique, je ne pense pas qu’avaler des comprimés ou vaporiser un spray pendant un mois sera mon remède. C’est quelque chose que je dois vivre avec et que je dois surtout apprendre à prévenir. Je ne dois pas me fier à ce petit soleil réchauffant en apparence et qui s’accompagne d’une envie de mettre de belles tenues. Ici, il n’est aucun mal à se couvrir encore et encore, et les éventuelles fausses notes sont permises, parce qu’élégance et glace ne riment pas (Ici ! j’insiste.)

Hier, je suis partie faire mes courses, en faisant une liste. J’attaque dans la journée le livre de Bridget Jones, où sur la couverture on lit clairement qu’elle voudrait proscrire les listes, alors que moi je pense qu’en adopter serait une excellente chose. Et là, j’avais déniché des recettes que je me suis promis de préparer et toute sorte de formage me manquait. Bien entendu, je ne me suis pas uniquement alignée à ma liste, mais l’ai dépassé de loin. Je me ruine à chaque fois que je fais des achats, je me ruine en achetant des livres, à Marjane aussi. Dans mon Caddie j’ai mis les meilleures bonnes recettes de l’émission Top Chef, un roman de Jules Verne et un Bonjour Paris (Les aventures d’une nounou américaine débarquant en France). Rien que pour hier, le clignotant a affiché 360 Dh et poussières. C’est la tendance que j’y vais et pour chaque semaine, je n’y gagne pas forcément ! Je pense gagner peut etre quand j’achète des choses en gros. Ça j’aime bien et dans mon cas, c’est exactement ce qu’il faut. J’aime acheter des choses dont je n’ai pas besoin dans l’immédiat mais qui finissent par servir : des paquets où le 3e produit est gratuit ; des bonnes occasions qu’il ne faut pas rater (A Khouribga, on liquide généralement les livres, pas très achetés, des fois à 25, à 15 ou même à 10 Dh).

Chez moi, quoique fatiguée, je me suis forcée de préparer un cake salé et des nems aux rouleaux de riz. Le cake salé n’est pas salé et les nems sont très riches, que terminant à 22h00 et me mettant devant la Télé je n’avais aucune envie de les manger. Ils n’étaient pas gras, puisque la farce préparée dans de l’huile d’olive, mais je me suis sentie rassasiée rien qu’en ayant le nez fourré dans la cuisine à sentir ces odeurs pour des heures. Je présente les symptômes d’une femme enceinte qui a des envies, mais ça tout le monde me le connait et depuis une bonne longue période.

Au club, j’étonne les serveurs à leur demander des choses n’existant pas au menu. Ils vont finir par croire ça aussi, mais les anciens d’entre eux savent que je suis une femme qui a du gout. Je prends place devant eux et je mange avec plaisir. Les filles attendent mes réactions (grimaces ou intonations, du genre Hmmm que Julie disait être impoli de le dire devant un plat et ne pas s’empêchant de le dire pour autant) pour en avoir le jugement, et comme les italiens je fais savoir que je mange avec beaucoup d’appétit (les fois où j’en ai).

Safaa White

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page