Ma narratrice

Ma narratrice

escalier-en-spirale

Je descends à la hâte des escaliers qui me donnent le vertige et les remonte pour venir vous écrire !

Depuis des jours je n’ai qu’une seule envie et c’est d’elle que je viens vous parler ici !

Depuis des jours je ne pense qu’au fameux roman à qui je voudrais donner naissance et il se peut qu’elles soient ses paroles qui m’ont donnée courage, quand mon nouveau prof d’anglais nous disait dans son adorable accent britannique –qu’il prenait surtout en lisant les textes- : « the person who won the nobel Price of Litterature wrote her novels in very simple words, every one of you can read them and understand their meaning »

Il faut se l’avouer, pourquoi chercher à perfectionner un travail, humain, qui n’atteindrait jamais la perfection, et dont la recherche – vaine, d’ailleurs- ne serait qu’un prétexte pour en retarder la « naissance » ?

Je m’approprie souvent les paroles de « marie’s sister » – ce personnage que je peins au départ hostile mais que je l’adoucirais au fil de la narration, et formule dans mon esprit ses phrases…

« Cette fille que nous avons –que j’ai accueilli- avec froideur, nous quitte maintenant alors que je commençais à l’aimer… Le livre que je tiens entre mes mains, sa vie retracée par de souvenirs ineffaçables ou images décrites, la fait survivre chez moi, en moi…j’hésite à l’ouvrir et parcourir ses pages… j’hésite !! J’avais réussi à lui faire si mal par mes remarques et attitudes blessantes, que je trouverais des épithètes qui me déplairont entre ses plis… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *