Objectif 2012 {1}_Ecrivaine je deviendrais


Think / lundi, novembre 14th, 2011

du film becoming janePour avoir du talent, il faut être convaincu qu’on en possède, recommandait Flaubert.

Je cherche bien à m’en convaincre ; mes amis disent que j’en possède déjà, alors je m’éloigne de cette époque où, dans ma salle de bain, je mettais en scène les scénarios que j’écrivais et jouais sans lassitude tous les rôles de mes personnages. Je suis bien loin de cet âge, qu’entre renoncer à ce rêve d’enfant, laisser mes brouillons enfouis dans mes cartons d’écolière ou foncer parce que je pourrais y arriver, je choisis le chemin courageux.

Au début, en parlant de ce projet-essai avec Asmaâ, on s’est fixé la fin de l’année comme date butoire d’achèvement. Et comme ça, elle libérée de sa thèse et moi terminant mon livre, nous pourrions fêter une joyeuse fin 2011 ensemble. Maintenant que je me suis mise à l’œuvre, je suis consciente de tout l’effort intellectuel que cela exige et cette limite fixée me parait optimiste. Quand l’inspiration manque des fois, je me rappelle que c’est l’effort qui doit en triompher (le génie n’est qu’un pour cent d’inspiration, et quatre vingt dix neuf pour cent de transpiration) ; je m’y remets alors de suite. Mais pour combattre le manque d’envie je suis encore moins malicieuse.

Je ne me force jamais. Je me dis que je ne suis pas Balzac. Je n’ai pas de créanciers virulents qui demandent à être payé, quoique l’idée de voir une belle couverture faisant la vitrine d’une librairie me chatouille l’esprit. Mais ça demeure simple pour moi, je ne voudrais pas gâcher le plaisir immatériel de vivre ma passion ; alors je la vis lentement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *