Pause Café

Pause Café

latte_art_photo_grandeQu’est ce que la mode si ce n’est les goûts, folies et projection d’images d’une personne aux yeux de la masse. Qu’est ce que les bonnes manières si ce n’est la complaisance qu’on a pu donner à un premier acte. Voilà pourquoi je crée ma propre mode, quand moi, j’ai envie de le faire. Voilà pourquoi je continue d’adopter les manières que je ne trouve pas, justifiées, pour paraitre mauvaises.

Comme on pourrait reconnaitre un marocain devant son café, je me dépayse volontiers en le consommant en entier sans en « enlever » à coté quelques consistances : de sa mousse jusqu’à apercevoir au fond de la porcelaine ces petits grains qui ont échappé aux règles de la solubilité. Et pour savourer lentement ce plaisir je goutte à cette mousse à la cuiller.

Tissu blanc aux fils caramélisé, j’en regarde la face et suis ces bulles qui la crèvent.  Je prends ma cuillère et en touillant je ne touche pas le fond. J’allonge comme je peux ces fils caféînés et échoue mon Latte Art en essayant des formes qui ne s’identifient pas mais réussissent du moins à la renfler.

Après, c’est de bout en bout que je déguste à cette écume qui fend au contact de ma langue, qui n’atteint pas ma gorge pour pouvoir remplir mon estomac, sauf que je lui reconnais le mérite de me procurer un vrai plaisir culinaire. Voir apparaitre ensuite ce liquide dont la couleur se perd toujours entre les dégradations marron ne m’émeut plus. Consommer ce qui reste de ce café n’est plus qu’affaire de quelques minutes pour ne pas laisser refroidir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *