Pauses qui reposent

Pauses qui reposent

Fingers-crossedHier, juste après le match des huitièmes, je me suis offerte une pause d’esthétique et me suis coupée les cheveux, pas très courts mais si beaux pour que je m’aime en regardant le résultat et me sens, moi qui étais depuis quelques jours au teint fade, bien dans ma peau et satisfaite de mon reflet.

Cette semaine, je dois m’attendre à de grands enjeux. Pour aboutir mon dossier de mutation, je croise les doigts pour le dénouement de certaines entrevues et en provoquer d’autres. Je m’offre entre autre un repos et ne revient qu’après des jours, le temps que les négociations fermentent entre leurs bureaux et appels téléphoniques, espérant finalement que les choses se mettent correctement sur les rails – ça serait illusoire de penser qu’elles seraient dénouées, mais je voudrais croire qu’elles seraient meilleures. Il en a assez de jouer à cette comédie et j’ai hâte que les rideaux tombent et que j’ôte mon habit théâtral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *