Pluie de fête, fête de pluie

Pluie de fête, fête de pluie

Fenêtre givréeC’était charmant de marcher dans les rues désertes. Il était rare de pouvoir profiter du dépeuplement de la ville et je ne voulais pas rentrer tôt chez moi, même si c’était la fête.

J’avais souhaité qu’il commence subitement à pleuvoir, pas pour me sentir trempée en marchant – avais-je dit que j’aimais marcher sous la pluie ? – Certainement. Mais cette fois pour courir me réfugier dans un café et me coller le visage à sa vitre givrée faisant face à la rue, et en un mot l’admirer.

Déjà dans le quartier où j’entendis mes pas résonnaient, l’architecture des anciennes maisons avait un aspect ancestral, et la pluie leur accentuerait cet air nostalgique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *