My World To You

Verba volant…Scriba manent… Faire parler son stylo ou son clavier, c’est s’extérioriser…

Syrie Libre

مي سكاف

Pour des décennies, la production cinématographique syrienne trônait sur les médias arabes et ses fruits furent, honnêtement, l’icône d’une industrie engagée.

Plus jeune, l’histoire de Zénobie, l’histoire d’un peuple et d’une reine résistant demeura marquée, tel un fer rouge, dans ma mémoire. De ce feuilleton je percevais la nette différence entre la civilisation de la force et la force de la civilisation.

Je me demande maintenant, laquelle de ces forces est employée, sans trêve, et depuis cinq mois sur le territoire de leurs studios ; quelle force « non humaine » laisse périr dans les cachots, May Skaf, une héroïne de ce feuilleton même… rien que pour avoir clamé « Liberté » !!

N’est ce pas l’ampoule de l’Ego de nos Etats qui pour se protéger contre le spectre d’aiguilles menaçantes, prend les devants en aiguisant ses sabres tranchants ??

Comment un homme, dont les discours même ceux improvisés imposaient respect, pourrait s’aveugler aux sangs et s’assourdir aux voix ? On ne réclamait que liberté. Par les « fausses » fuites des soldats on cherche plutôt à abattre les âmes et sadiquement agenouiller la volonté. Pourtant, si on peuple encore les rues, c’est pour préserver sa dignité.

Sparctacus, le commandant des esclaves, avait refusé le cheval, digne d’un roi, dont on le gratifia. Il dit : I’m not a King, I’m someone better. I’m a free man. Pourquoi chez nous, cette notion heurte de front les illusions des régimes.

Safaa White

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page