Archives de
Étiquette : Agatha Christie

Cinq heures vingt-cinq

Cinq heures vingt-cinq

Après plusieurs lectures absorbantes, et pour le temps d’un week-end, on a envie d’un soupçon de mystère que l’on retrouve en opulence chez Agatha Christie, la maîtresse du « whodunit » (contraction de « Who (has) done it ? » pour ceux qui l’ignoraient comme moi, désignant le mouvement littéraire britannique du roman policier ou roman à jeu apparu au début du XXème siècle). Publié en 1931, Cinq heures vingt-cinq (de son titre original The Sittaford Mystery) est le 11ème…

Lire la suite Lire la suite

A l’hôtel Bertram

A l’hôtel Bertram

On ne présente plus une œuvre d’Agatha Christie. Le suspense du récit, l’ingéniosité du crime et l’improbabilité de l’enquête sont là au grand bonheur du lecteur enthousiaste et sensible aux rebondissements du roman policier. Sauf que cette fois, je me faisais une joie de voir pour la première fois Miss Marple venir à bout d’une intrigue policière. Jusque-là c’est du détective Hercule Poirot qu’il s’agissait, à l’exception de Dix Petits Nègres, où la police intervient dans la phase post-criminelle pour élucider le mystère des cadavres. Ici,…

Lire la suite Lire la suite

Dix petits nègres

Dix petits nègres

Je ne lis pas de livres d’horreur. Je ne regarde pas de films d’horreur non plus et j’ignorais complètement que c’était le livre d’Agatha Christie le plus lu de tous les romans policiers, qu’il a été adapté au cinéma comme à la télévision dans plusieurs pays (J’essaye de me rappeler le nom de la version marocaine visionnée très jeune) et j’ignorais aussi que cette histoire haletante sans pareille est celle qui a établi définitivement, en 1940, la réputation de l’écrivain….

Lire la suite Lire la suite

La Troisième fille

La Troisième fille

Une courte lecture de 252 pages qui fut un entracte après celles plus sérieuses de ces derniers temps, mais qui n’était pas pour autant légère. La « reine du crime » a poussé le mystère jusqu’au bout où j’avais l’impression que le lecteur n’est qu’un spectateur passif du déroulement des faits quoiqu’il ne se ménage nullement d’investir ses cellules grises, demeurant malgré tout bien inférieures à celles d’Hercule Poirot. D’ailleurs, c’est la première fois que j’écris un billet sur l’un des romans policiers…

Lire la suite Lire la suite