Archives de
Étiquette : Amour

Je t’aime à la philo

Je t’aime à la philo

Si tous les thèmes philosophiques sont vulgarisés ainsi, je suis preneuse ! Croisant plusieurs doctrines, depuis la philosophie, la science, l’histoire, la religion, la sociologie, la psychanalyse et la biologie, le premier essai d’Olivia Gazalé est bien un joyau condensé dans 426 pages. Un Traité captivant, que tout le monde devrait lire, rompant avec les ouvrages philosophiques difficiles à cerner non- destinés au grand public. Dans une parfaite harmonie, avec quelques pointes d’humeur, Je t’aime à la philo, tente de repenser…

Lire la suite Lire la suite

Goûter à l’amour

Goûter à l’amour

Dans la vie de tous les jours et en matière d’amour, nos expressions sont loin d’être exubérantes pour exprimer ce que nous ressentons d’intense, de positif, de pur, de gratifiant. Ce qu’au sens des écrivains, historiens, philosophes ou même scientifiques, passe par le plus vital, le plus inaugural dans une existence (comme l’on peut lire à l’avant-propos de Je t’aime à la philo d’Olivia Gazalé) ; ce qui donne sens à ce monde en laideur.  d’Olivia Gazalé) ; ce qui donne sens à ce…

Lire la suite Lire la suite

Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as tu abandonnée?

Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as tu abandonnée?

En chacun de nous, il existe une petite voix intime, ennemie et amie, selon les cas, qui inonde nos pensées à la longueur de journées de petits murmures incontrôlables et difficile à faire taire. Cette phrase, dite ou pas par le Christ sur la croix, est le faux que susurre cette voix en moi cherchant à soutirer du vrai du fond de mon cœur. En effet, quand le voile noir des épreuves tombe sur mes yeux en larmes ; quand la détresse plane ses ailes…

Lire la suite Lire la suite

Pretty woman ou quand s’aimer n’est pas interdit

Pretty woman ou quand s’aimer n’est pas interdit

« Je suis une personne prometteuse ! » cette phrase tirée du film Pretty woman est le leitmotiv qu’on doit nous répéter chaque matin. Et ce n’est pas Julia Roberts qui nous dira le contraire, elle qui disait qu’à force de se laisser traiter comme une croûte, on le devient. Si ces dernières années, j’ai pris le soin de disserter sur le thème de l’amour chaque mi-février (2012 et 2013) au lendemain de cette fête, j’invoque aujourd’hui dans mes prières le Saint Valentin pour…

Lire la suite Lire la suite

Soufi, mon amour

Soufi, mon amour

En lisant le roman,  je résistais à l’envie (Elles sont deux en fait!) de prendre le téléphone et appeler Fatine qui me l’a donné comme cadeau d’anniversaire, pour l’en remercier vivement. Alors, maintenant que je l’ai terminé, je lui dis Merci. Merci à Elif Shafak aussi, qui dans son bureau à Istanbul a signé son meilleur roman. Une difficile entrée en lecture, ce qu’il y a de plus normal, quand on découvre que l’on fera une lecture parallèle. D’un décor…

Lire la suite Lire la suite

Du rouge bien rouge

Du rouge bien rouge

Samedi dernier j’étais invitée à un baptême, j’ai porté un caftan satiné noir avec des broderies de roses en couleurs ; pour mon Make up, j’ai opté pour du discret mais un rouge à lèvres bien rouge. Des escarpins de la même couleur allaient, contrairement à ce que pensait Brel, se marier à merveille avec l’ensemble, sauf que je n’en disposais pas. Quoique mes sandales dorées ne laissent point à désirer ! Alors, je vous le dis dès maintenant, pour la St Valentin,…

Lire la suite Lire la suite

Les journées Love

Les journées Love

Les marocains aiment ils l’amour ? Nos tablettes et nos interfaces s’embrasent de « Like » et de flammes virtuelles. Nos arbres, nos tables, nos murs abondent de graffitis célébrant l’amour… Mais cette aisance créative ne vient elle pas que de l’incapacité de l’exprimer sans gêne, sans complexe social ou poids culturel paralysant ? Je lis que le bonheur est presque un crime et les personnes réellement heureuses se cachent … et elles ont raison de le faire. Chez nous, l’amour l’est presque aussi….

Lire la suite Lire la suite

Dominique

Dominique

Lire Dominique s’avéra finalement un plaisir. J’en fis une nuance avec Tess D’Urberville et je trouvai que le style et les faits se ressemblent. J’aime beaucoup certains passages qui me sont trop parlants. J’aime beaucoup la narration qui me fait perdre le fil mais qui m’oblige pour mieux saisir la fluidité des scènes de revenir à certains repères de départ. Eugène Fromentin a écrit, dans cette biographie qui le désigne proprement, et qui soit son œuvre maitresse, qu’il avait, dans…

Lire la suite Lire la suite

Les Chevaux du Diable

Les Chevaux du Diable

Les Chevaux du Diable. Je ne me lasserais jamais de les « monter » encore et encore. Il ne s’agit pas d’une décision que je décris ainsi d’impulsive, mais plutôt d’un monde de rêves qui m’ouvre ses portes. C’était l’évasion et le romantisme toujours au rendez vous, dans un style de Gayet Caroline sincèrement accrochant et émouvant dans sa simplicité même. Quand on veut faire une sottise, les chevaux du diable sont toujours prêts pour galoper très loin. J’avais compris il y a…

Lire la suite Lire la suite