Archives de
Étiquette : La femme dans la littérature

Othello ou le Maure de Venise

Othello ou le Maure de Venise

Je découvre à peine William Shakespeare, et que le débat acharné sur la paternité de ses œuvres continue, n’ôte rien à la beauté d’une adaptation mettant en scène plusieurs personnages aux vices particuliers privilégiant, chacun, des conséquences dramatiques et un dénouement cruel. La colère, l’ivresse, l’ambition, la vengeance, le désir et principalement la jalousie sont les thèmes principaux de l’intrigue théâtrale d’Othello, jouée la première fois en 1604. S’inspirant de « L’histoire de Disdemona de Mise et du Capitaine Maure » nouvelle…

Lire la suite Lire la suite

Crime d’honneur

Crime d’honneur

Quand un écrivain représente une marque de garantie, tu peux prendre ses livres les yeux fermés. C’est toujours le cas avec les romans d’Elif Shafak qui transportent chaque fois vers de nouveaux horizons (en remontant la mémoire aussi), font découvrir de nouvelles cultures et relancent certainement de nouvelles polémiques. Best-seller turque, âgée de 47 ans, luttant dans la vraie vie contre toute xénophobie, elle utilise la fiction pour livrer ses combats ; parce qu’elle se doit, « en tant qu’écrivaine,…

Lire la suite Lire la suite

Deux femmes à Paris

Deux femmes à Paris

C’est une autre œuvre sur la Shoah, qui m’a fallu 6 ans pour la faire sortir et y être accrochée, cette fois, du début jusqu’à la fin. Dans un style simple, sans inutile, avec de courts chapitres de quoi rester suspendu aux pages, la romancière fait installer ses deux personnages principaux, Maya et Maud, l’une en face de l’autre dans un immeuble du IXe arrondissement dans le Paris de 1935. Une période où la haine des confessions et des rangs est largement…

Lire la suite Lire la suite

Odette Toulemonde, et autres histoires

Odette Toulemonde, et autres histoires

Je ne me rappelle plus ce qui m’avait repoussé à la première tentative de lecture. Je sais juste que j’avais commencé ces nouvelles, dans l’ordre depuis le commencement. Cette fois, c’était différent : 1) Déjà, je tiens à assouvir un appétit littéraire qui se montre dernièrement très avide et 2) j’ai eu l’idée payante d’ouvrir le bal avec Odette Toulemonde, la nouvelle qui avait donné au livre son titre, ou plus exactement, le scénario qui a permis que tout ce…

Lire la suite Lire la suite

Une chambre à soi

Une chambre à soi

Paru en 1929, cet essai de Virginia Woolf (de son titre original A room of one’s own) est un incontournable de la littérature féministe. Je ne pourrais affirmer si c’est mon premier livre du genre, en tout cas ces 171 pages pamphlétaires ont eu le mérite de corroborer et enrichir mes idées en la matière avec une plume ingénieuse, ironique, structurée et (très) convaincante. Tout ceci sans louange pour un sexe ni injure pour l’autre. Icône et prescriptrice et du «…

Lire la suite Lire la suite

Confidences à Allah

Confidences à Allah

Pour un premier roman, je dis Bravo ! Je me vois converser avec la romancière et l’en féliciter, même dix ans après sa parution. Pourtant j’avais lu Bilqiss, et quoique traitant de la condition féminine, se révoltant contre les dogmes religieux et les interprétations auxquelles se livrent des personnes à leur guise pour asseoir leur domination patriarcale où la culture du haram est prédominante sur ce qui est permis, et la crainte de Dieu aveugle sur Sa Clémence, c’est ce petit volume de 127…

Lire la suite Lire la suite

Bilqiss

Bilqiss

A une semaine de la fin d’année, je voulais un livre court et léger, alors je suis allée chercher un à peu près 200 pages, « juste comme ça » pour jouer le jeu. Et fut Bilqiss ! Une lecture que j’ai rattrapée de justesse avant les douze coups de minuit du 31 décembre, alors qu’il est écrit d’une finesse et subtilité suffisantes pour être dévoré d’une traite. Saphia Azzeddine est digne du double mérite de 1) me réconcilier avec une plume féminine…

Lire la suite Lire la suite

Le Journal de Bridget Jones

Le Journal de Bridget Jones

Est-ce que réellement à un certain âge on devient toutes des Bridget Jones ? C’est en tout cas, comment on explique le mouvement bridgétiennes qui est né en France après le franc succès auprès de plus de 500 000 lectrices. Et mois je dis qu’il y a beaucoup de vrai là dedans. Le roman d’Helen Fielding et traduit par Arlette Stroumza est le voyage d’une célibataire trentenaire pendant douze mois. Il s’ouvre avec les nouvelles résolutions du nouvel an (tant sanitaires qu’esthétique,…

Lire la suite Lire la suite