The Angry Birds Movie


Watch / mercredi, septembre 28th, 2016

Adapté du jeu sur tablettes et Smartphones Angry Birds, ce film éponyme sorti en mai dernier me fait découvrir cet oiseau rouge aux gros sourcils, que je reconnais pourtant bien sans l’avoir joué ni su à quoi est dû sa fureur. Probablement une des questions à laquelle le film est censé répondre après tout le succès que connait l’application depuis 2009.

Red, sans famille, vit à l’écart dans une île paradisiaque de volatiles qui ne savent pas voler, ce qui semble ne gêner personne. Après un tragique incident survenu dans une fête d’éclosion, où il casse un œuf et le petit le prend pour son père, le juge Hibou, le condamne à une thérapie d’Anger Management dans le style Jack Nicholson, de Self Control, de Maîtrise de la colère et l’acceptation de soi, où il fait la connaissance de Bomb et Chuck.ob_440c65_angry-birds

Jusque-là, tout va vers le mieux dans le meilleur du monde, il y a de jolies couleurs vives, une belle ambiance et à part notre héros colérique, tous baignent dans le bonheur.

Mais quand un bateau étrange accoste sur la plage, l’histoire prend un autre tournant, non seulement pour les paisibles oiseaux mais également pour le spectateur avisé : les visiteurs qui sont venus en amis, sont des cochons… verts et… barbus !

Personne n’aperçoit le danger et ce n’est que noter éternel rageur, fidèle à sa xénophobie qui perçoit qu’ils sont venus envahir leur île. Un projet qui prend forme en effet, quand de festivals en festivals, les cochons réussissent à divertir toute la population plumée pendant qu’ils s’emparaient des œufs.

Le trio furieux décide d’aller rendre visite à Aigle Vaillant, le seul capable de voler, vivant dans une réclusion qu’il s’est choisie, afin de solliciter son aide !!

Pour un film d’animation, je pense que seuls les animateurs s’en sont réjouis. Car même s’il est destiné pour les enfants, il ne peut pas être destiné aux plus jeunes à cause de quelques vulgarités et gros mots lancés pour faire soi-disant le gag !

Pour les adultes, il faut vraiment être dupe pour ne pas discerner le message : Le danger vert des cochons barbus qui débarquent avec des tonnes de TNT, mettant en péril l’occident, et l’avenir de la nation non seulement en volant les œufs (autrement les petits) mais en les ramenant à leur ile située à l’Est ! Et même si le Faucon à tête blanche est devenu gras, isolé, égocentrique, il vient au moment opportun au secours des œufs et les ramène sains et saufs !

Et pour ne rien laisser au hasard, parmi la multitude de signes qui apparaissent en arrière-plan alors que l’attention et l’œil doivent suivre les mouvements d’attaque et de contre-attaque, on lit facilement sur une bannière SALAMNESTY International comme déformation du nom de cette ONGI, ou encore Fifty Shades of Green pour la romance érotique 50 nuances de grey.

Franchement !!!

Personne n’ignore que c’est de « péril vert » que les islamophobes qualifient l’Islam, en contrepartie le faucon est l’icône emblématique des USA et de son armée.

Une symbolique fortement présente mais rendant l’œuvre – si elle en est vraiment une- médiocre et sans respect et qui sera probablement touchée également par la malédiction des adaptations forcées des jeux vidéo au cinéma. Et si ce n’est pas le cas, elle est juste un autre résultat dépannage suite à une panne d’Hollywood à court de nouvelles idées pour piocher dans les dessins animés classiques ou attaquer les jeux.

En tout cas je ne connais personne dans mon entourage qu’il ait vu pour me donner son opinion mais sur internet les avis sont départagés entre le mécontentement suite à la piètre qualité de son ou du doublage, des (mauvaises) influences des autres réalisations hollywoodiennes (ShrekIce Age, etc.) et ceux qui ont passé un bon moment de rires et d’amusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *