My World To You

Verba volant…Scriba manent… Faire parler son stylo ou son clavier, c’est s’extérioriser…

Verba volant…Scriba manent

Faire parler son stylo ou son clavier, c’est s’extérioriser…

Il m’est arrivé une fois d’abandonner mon journal, mon manuscrit, et cela pour longtemps…et je me suis demandé trop sur l’utilité de tenir un journal, de noter à des heures nocturnes de mes journées ce qui y arrivait, ce qui me tracassait ou ce qui (des fois) me rendait heureuse…Je ne suis pas négative. On a rarement tendance à écrire ce qui nous fait pousser des ailes de joie.

Mes questions ne trouvaient pas de réponse. Je me demandais à la lumière de ce que je lisais en Torrentera (Cet homme qui mourut deux fois), sur le pourquoi de dater mes pages… est ce pour laisser des traces de mes jours passés sur cette terre? Est ce pour laisser l’empreinte de la fille que je suis (que j’étais à l’époque)?? Et qui voudrait bien connaitre qui elle était? Ce qu’elle faisait, ce qu’elle pensait… non…rien de tout cela… si, moi même, par moments, je n’ai aucune envie de prendre mon stylo et de me confesser.

Certes, jamais je n’étais si… moi-même… qu’en écrivant, mais je ne voudrais pas de mon journal un document récapitulatif de mes journées, ce que je vis quotidiennement n’intéresserait personne. Jusqu’à présent, ma plume n’est pas assez mature pour qu’elle puisse transmettre mes pensées, mes croyances et mes idées…

Mais ce qui m’importe le plus d’abord, pour intéresser autrui, c’est l’empreinte de mes jours et nuits… c’est la joie que je vis ou la souffrance qui me détruit… Pas pour venir y pleureur mon sort, mais pour tirer de chacune d’elle des leçons, celles que j’accepte pacifiquement ou amèrement.

C’est vrai, je l’avoue mon journal est tel un cahier qui ne veut, ou qu’inconsciemment je ne voulais voir, dépasser un petit livret d’une adolescente… les émotions que je décris, le banalise et le dévalorise à mes yeux. Parfois, en relisant les lignes tracées, je n’ai qu’une envie, l’abandonner à jamais ou lui castrer ses pages dépourvues de valeur.

Mais il y a eu toujours, un moment de réconciliation qui me fait revenir à lui… Lui, fait pour être confident, seul et unique, pour toujours…

Safaa White

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page