My World To You

Verba volant…Scriba manent… Faire parler son stylo ou son clavier, c’est s’extérioriser…

5 bonnes raisons d’aller à Fès {2}

Porte palais à fèsL’architecture des maisons et monuments fassis, se distingue des autres villes, mêmes celles également impériales et fait d’elle l’une des capitales de la civilisation arabo-musulmane. Elle est plutôt marquée par la qualité des constructions et le professionnalisme et diversité des artisans.

Les portes almoravides de la Grande Mosquée al-Qaraouiyin (Bâb Sbitriyn, Bâb Ganaîz et Bâb Al-Ward) sont célèbres pour leurs doublures de bronze. Réalisées entre 528 et 538 du calendrier Hégire (1134-1144), elles sont les œuvres monumentales de bronzerie médiévale les plus anciennes de l’Occident musulman. Une visite au musée Dar Batha relève quelques spécimens déposés successivement en 1954, et en 1958.

Fès Médina, by SafaâLes maisons ont connu une évolution entre le XVème siècle où, pour plus d’éclairage et ensoleillement elles n’avaient qu’un étage limité au dessus de l’entrée pour l’accueil des hôtes avec accès indépendant, et avec sous sols aménagés  pour les réserves alimentaires et le XVIIème où on disposait plus souvent d’écuries, de galeries, de hammams et des étages avec balustrade.

Inchangée depuis le XIIème siècle, son ancienne Médina, avec son bleu foncé céramique, est l’un des symboles de la ville de Fès. On se laisse facilement transporter dans le temps en parcourant ses rues étroites, ses mosquées élevées, ses fontaines ornées et ses jardins historiques. Des murailles raffinées aux portes fortifiées, des vastes Riads aux historiques mausolées, le touriste ne s’empêche de penser que la protection de l’Unesco, sous lequel est placée la Médina depuis 1981 n’est qu’insignifiant. On est surtout frappé par l’effondrement des murs quand ils ne sont pas soutenus par des madriers notamment autour des mosquées Quaraouyine et Moulay Idriss.

Sur le plan touristique, l’infrastructure hôtelière compte pour ces dernières années plus de maisons d’hôtes, traditionnelles que des hôtels conventionnels. Ces Riads, sont le plus souvent des maisons centenaires désertées par leurs propriétaires quittant la ville et pour la plupart rachetées et entretenues par des étrangers venant s’installer à Fès.

Porte Al Récif, by Safaâ

Safaa White

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page