My World To You

Verba volant…Scriba manent… Faire parler son stylo ou son clavier, c’est s’extérioriser…

5 bonnes raisons d’aller à Fès {5}

Médina de Fès, by SafaâLors de ma visite récente à Fès, je me suis rendue chez ma cousine. C’était un voyage nostalgique et le trajet avait toujours moi la sensation du retour aux origines. Ça me manquait. Mais par ça je ne parle pas seulement de mes souvenirs d’enfance ou de mes racines.

5 avril 2008, les marocains ont célébré le 1200ème Anniversaire de la Fondation de la Ville de Fès, commémorant ainsi 12 siècles d’Histoire du Royaume.

En l’an 750, Al Maghrib Al Aqsa (Extrême Occident) sombre entre les mains des Abbasides, connus pour leur radicalisme quant à l’élimination de leurs adversaires politiques, dont les Alaouites, entreprennent nombres de massacres visant les princes arabes. L’un d’eux fuit les environs de la Mecque en compagnie de Rached Ben Morched El Koreichi pour se réfugier dans le Moyen Atlas marocain au sein de la tribu berbère d’Awraba. Il Imam et chef religieux avant de fonder la ville de Fès sous le nom de Idriss I. Il meurt empoisonné par un émissaire de Haroune Al-Rachid, et son fils (Idriss II) reprend le pouvoir onze années plus tard en construisant la ville de Fès “Al-Aliya” de l’autre côté de la rive (Ouèd de Fès), avec mosquée, palais et marché.

Ainsi, la dynastie des Idrissides, à l’origine de la fondation de la cité, en a fait la capitale et régna sur le Maroc de 789 à 985 de notre ère, date à laquelle le dernier prince idrisside, al Hasan ben al Khasim Gannun, fut définitivement vaincu par les Omeyyades du royaume de Cordoue.

« Depuis sa fondation la ville de Fès a toujours été le siège de la sagesse, de la science, du bien et de la religion, et la métropole du Moghreb, son point de réunion et son centre ; propriété des Edrissites Hosseiniens qui en tracèrent l’enceinte, capitale des Zénètes, des Beni Yfran, des Meg’haouat et d’autres peuples Mahométans du Moghreb ; les Almoravides s’y fixèrent quelques temps lors de leur domination, mais bientôt ils bâtirent la ville de Maroc qu’ils préférèrent à cause de la proximité de leur pays situé dans le Sud ; les Almohades qui vinrent après eux suivirent leur exemple par la même raison ; mais Fès a toujours été la mère et la capitale des villes du Moghreb, et aujourd’hui elle est le siège des Beni Merin qui la chérissent et la vénèrent… » Roudh el Cartas (histoire de Fès écrite en 1325 par l’historien arabe, Ibn Abi Zar. Traduit dès 1858 par un consul de France à Rabat, Auguste Beaumier, qui le publia en France en 1860).

Références :

http://www.travel-in-morocco.com/fesartisanat.htm

http://www.visitmorocco.com/index.php/fre/je-vais-a/FES/Authentique

http://news.agadir-souss.com/fes-12-siecles-histoire-200804519.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A8s

Safaa White

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page