My World To You

Verba volant…Scriba manent… Faire parler son stylo ou son clavier, c’est s’extérioriser…

A Tanger

Gare routière de Tanger 2

A cinq heures du matin, je prends le temps de regarder les faces des gens –celles du moins que je peux voir- dans cette salle de café hideuse avec ses tables et chaises crasseuses et cette brume de fumée de cigarettes qui en embaumait l’air.

Les sans abris, ou sans sous prennent chacun un coin et s’y isolent comme pour fuir le reste des présents qui se trouvent également entre deux destinations. Enveloppant leur tête dans leur cache col ou capuchon, ils fuient la lumière du café et grignotent de ces quelques heures encore noircies de la nuit, un sommeil non sans qu’il soit perturbé par les hurlements des courtiers et les commandes lancées en air.

Je devrais avoir peur lorsqu’il m’a abordée. Il demandait avec insistance un verre de thé, que je refusais de le lui payer. Et dans mon indignation je me joignais, à la manière des autres, à le regarder différemment et penser qu’il n’était pas un indigène.

 

Il est parfois des airs qui demeurent impurs que tu épouses les mœurs et les manières d’une région une fois tes pieds en touchent le sol, et tu commences à distinguer par les voix, les mots, les accents, les désirs si cette personne sujette à ton analyse raciste est y native ou INTRUSE.

(Je viens de me rendre compte que le mot DAKHEL –ville intérieure- qu’on aime en euphémisme nous étiqueter n’est qu’une autre façon de lire intrus. Peut être ce mot a subi avec le temps, comme bien d’autres, la métamorphose littéraire qui touche le vocabulaire dialecte)

 

Revenons à notre « shemkar » et sa bande qui osait « mendier » mais en forçant le ton pour que ça ressemble beaucoup plus à de la « menace ». il réussit finalement à avoir son verre de thé, vient récupérer le reste de ma « harcha » au fromage et je croyais bien qu’ils avaient commandé autre chose qu’ils ne pouvaient réglé en fin de compte, puisque le serveur me semblait furieux – et rassuré en même temps- à leur départ !

Safaa White

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page