My World To You

Verba volant…Scriba manent… Faire parler son stylo ou son clavier, c’est s’extérioriser…

Le cri du hibou

Dans un registre superstitieux, le cri du hibou appelle la mort.

Il est des personnes qui empoisonnent la vie des autres, mais impossible de s’en débarrasser, on les côtoie, et elles continuent ainsi à appeler la malédiction, le malheur, … la mort.

Je ne compare pas ma voix à celle d’un hibou, mais je découvre que j’ai cette manie de faire, sans le vouloir, sans le présager, défaut à des personnes, qui me deviennent chères. Elles sont embarrassées par la compagnie que j’offre, quoique appréciée ; une présence que je représente, même souhaitée ; ou rien qu’un passage que je suis, bien qu’éphémère.

Ma cousine ne cessait de me répéter que « les meilleurs sont déjà pris » et je ne faisais qu’en rire, rire de ce que j’appelais alors œil noir et désespoir.

Peut-être que pour une fois je devais quand même m’arrêter et si ce n’est pas pour en croire, du moins en méditer le sens…

Oui.

Il arrive que des fois il s’agisse de déception accusée par un être qu’on croyait le bon et qui ne le soit pas. Ou contrairement, il arrive que ton chemin croise celui d’un autre alors que tu réalises que tu es venu en retard, que l’harmonie qui s’installe entre vous deux, que la complicité qui nait entre vos deux âmes sont malgré tout stériles et, comme elles ne peuvent enfanter de progéniture, avortent un rêve et écrasent les bourgeons d’un futur jamais imaginé, une vie arrêtée avant même d’être entamée.

Là tu ressens que cette personne déjà prise, est réellement meilleure.

Safaa White

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page